L'association

Text Size

Autres coups de coeur

Strépiniacoises, Strépiniacois, Françoises, François, Chanteurs, Chanteuses, ce site est presque à jour.  
   
 
Pourquoi "presque à jour"  en ce qui concerne la chanson française et la musique ?

Parce que, évidemment, il manque surtout votre date de passage dans l'«AGENDA». Oui, vous, le nouveau talent, que les radios commerciales assoiffées d'Audimat et de mondialisation auditive dédaignent stupidement, prenez vite contact avec Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.. Car ne comptez pas trop sur le Conseil général de l'Essonne pour qu'on écoute de la musique française dans SES spectacles (cf. notre coup de gueule sur les fêtes du patrimoine de septembre 2000); et des assos' style Chant'Essonne ou LAREMI, y en a pas à tous les coins de rue !! Et vous n'avez peut-être pas sous la main 200.000€ à mettre dans une campagne publicitaire.

 Tout va bien ! En 2001, le chiffre d'affaires du marché du disque français est en hausse de près de 11%. Mais... "La France défend mal son patrimoine musical" dixit MICHEL PLASSON.
 
Par ailleurs, 25% des droits sont répartis sur les 100 premiers titres au 1er semestre 1999 (Ipsos); en 2001, 2,5% des artistes font 95% des succès (mais, toujours en 2001, aucun Français dans les 50 meilleures ventes européennes).
 
En 2001 : 80 à 85% du chiffre d'affaires de l'industrie phonographique française sont le fait d'UNIVERSAL, VIRGIN-EMI et SONY. Leur critère de rentabilité ? Passer le cap des 100.000 albums vendus. Le résultat des dix meilleures ventes de "simple", toujours pour 2001, est désespérant : les deux premiers sont des "télé-disques", et cinq sont en anglais !
 En 2004, sur les 100 morceaux les plus diffusés, 44 étaient des titres francophones.
 En 2005, sur les 100 morceaux les plus diffusés, 32 étaient des titres francophones. Selon l'UPFI, 3% des titres diffusés totalisent 76% des diffusions.
 
Les gourous des médias vont planter la chanson française en continuant sur la voie actuelle. Il ne restera plus qu'à faire dans quelques temps du "communautarisme" à l'envers dans quelques temps.
 

  Ce site n'est pas encore un des «Fort Chabrol» de la francophonie, mais s'en donne déjà le profil ! (Et ce n'est pas l'article de JEAN FERRAT intitulé "Qui veut tuer la chanson française" dans LE MONDE du 08/01/2002 qui rassure (voir le sort fait à ISABELLE AUBRET; idem pour ses déclarations dans l'HUMANITE HEBDO des 26-27/01/2002). (Consultable sur le site de JEAN FERRAT, l'article de FRANCE-DIMANCHE du 11/01/2002 qui reprend les mêmes thèmes).

  Alors, profitez de ce site pour dire flûte au matraquage actuel rap-techno, prenez contact avec Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.*. D'autant que nous ne sommes pas évidemment référencés dans les maisons de disques, ce qui implique que nous achetons donc =tous= nos disques.

P.S. : L.A.R.E.M.I peut apporter sa petite pierre pour vous faire connaître : cliquez Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. !